le blog de saimone

triathlon culture et culturisme voyages sans bagages amis pour jouer au rami

03 octobre 2008

Embrunman - le live

Voilà, l'Embrun c fini!!!

M_daill_sCommando_hubertIMG_7633CAP00548AR_3850
Pour la dernière (?), j'ai pas été déçu.

NICE, ca avait été le coup de chaud après une préparation en polaire.
EMBRUN, ça a été le coup de blizzard après une préparation sous le cagnard.
Ce coup-ci j'étais bien ( stage à chambéry en juillet, gavage de côtes tous azimuth en chevreuse, poids à 80kg tout mouillé, Bon tri de prépa aux settons, pas de blessure, ni douleur). c'était nickel sauf ..............saloperie de temps.

La veille, petite conversation avec stéphane où je lui conseille d'amener la maison sur le toit vu les prévisions météo.
La veille plus tard dans la soirée coup de fil à lolo, sur la météo qui s'annonçe menaçante. il a accès aux informations
confidentielles du conseil général  04 heure par heure localité par localité. a priori, ça doit passer entre les gouttes. En
recherche d'optimisation permanente, je décide d'y aller cheveux aux vents, insouciant aux intempéries.

Le 15 aout 4H. Il fait nuit, dehors on toque....???? non c'est la pluie qui tombe dru, jamais vu ça.
5H parc à vélos , tout est trempé, mais bon plus de flotte, je décide de rien changer et de partir en liquette.

6H PAN-PAN et c'est parti pour mon 6eme embrun à nous 2 la vierge!! comme d'hab ma stratégie de rester un peu en arrière > est foireuse, je prends des coups, je n'arrive pas à passer, c'est la foire d'empoigne. Nouveauté cette année, les bouées sont > éclairées :))))) ( d'où peut être l'inscription à 210 EUR ???)

Premier tour correct, je nage en dedans , mon objectif est de gérer au maximmuuuuuuuum.
Deuxième tour, bonnes sensations , je remonte et fais le 2eme plus rythme, le jour se lève avec du soleil.
1H06 à la sortie de l'eau 470eme conforme à ce que je pensais.

Le début du vélo se passe bien, je me suis chronométré 2 jours avant sur la première montée jusqu'à la cabane en 22'15, là je
passe en 23'30 en tournant bien les jambes, chaîne des Puys retour rond point en 1H35, conforme à une tableau de marche sur 7H50-8H. Guillestre, gorges du Guil, comme d'habitude des bagnoles qui pour t'encourager te serrent et t'envoient leur bouffée de C02 pour te motiver....les 2-3 laçets, virage à gauche.....on sait ce que > ça veut dire. C'est là où je sais si ça va être galère ou pas ce passage à 8-9% vers Arvieux, ça passe plutot pas mal, même Brunissard me parait hard mais je descends pas en dessous de 10km/h.

Bon, galère quand même après mais pour une fois je m'arrête pas à souffler comme un phoque sur le bord de la route.
encore des bagnoles , heureusement je m'entraine toute l'année en apnée à Paris. la case déserte, le ciel s'assombrit, devient méchamment menaçant.

Cette année , j'ai décidé de piqueniquer en haut de l'izoard atteint à 11h50. mon sandwich, le coca, je prends mon temps : je
ne sais pas que ca va être une erreur fatale. Bon il caille quand même, j'y vais, la chaussée dans la descente est mouillée , je suis super prudent, de toutes façons, j'ai peur dans les descentes. Me passent des avions évidemment.

Je vois qu'on se dirige vers une purée de pois noire droit devant nous. A 5-6km de Briançon, quelques gouttes, puis d'autres et d'autres puis de la
GRELE, une fille crie à côté de moi, c'est pas vrai!!!!!!! c'est apocalyptique en l'espace de 5', des torrents de boue traversent la route, avec mes lunettes, je suis à fond sur les freins, je n'y vois pas à 20m. Un mec se casse la geule en me dépassant, ça y est Embrun c'est Koh-lanta!!

A  Briançon, je passe au rond-point sous la grêle, transi de froid, mouillé des pieds à la tête, il doit faire 5-6°, je suis en liquette. Je tremble sur mon vélo, c'est l'horreur. J'entends sur le côté " les pôôvres!!!!", bon ne pas se déconcentrer, ne pas
penser au froid, il se met à flotter dru, je me demande comment je vais m'en sortir. Pour une fois, j'espère une côte rapidement mais celles-ci ne suffisent pas à me réchauffer. ça devient carrément dangereux car je suis plus tout à fait lucide dans les descentes. Dans la pampa, j'aperçois un abri bus, la flotte tombe dru. Clignotant à droite. ô pardon, 4 mecs grelottent à l'intérieur avec leurs vélos, je continue. Plus loin une petite cabane, personne, je m'abrite. Je reste là 10 bonnes minutes à voir des ombres passer et la flotte qui tombe encore plus fort en plus je grelotte et n'arrive pas à me réchauffer. 
Bon après reflexion, aujourd'hui est un beau jour pour mourir, je repars sous la flotte. 10 bornes plus loin, pas loin du pallon ( 2 bornes à 16%), je vois une poubelle "vacances propres". STOP. le contenu dehors, 3 trous dedans et hop voilà mon nouveau maillot, ça sent le poulet mais bon on est en mode survie. Me voilà reparti en homme-sandwich jusqu'à Embrun-Chalvet où j'ai les muscles complétement tétanisés mais la pluie s'est finalement arrêtée.

Fin du vélo :
8H26 chrono, 8H5' à mon compteur qui a décompté les arrêts.

Je reste pas longtemps à T2 car l'envie de bâcher est forte. Je pars à un petit rythme de sénateur. Stratégie, marcher aux
ravitos, dans les côtes et trottiner le reste du temps. Je sais que ça va être dur, car pendant 80 km j'ai quasiment pas bu (1/2 bidon) et je sais que c'est déshydratation=vomissement, nausées,etc

Premiers 20k : 1H50 avec la stratégie 2' course-30" marche.

Deuxième tour (22k), je sais que ça va être super hard, surprise lolo m'attend au ravito à alpe 2 roues, on fait un bout de chemin ensemble, puis c'est reparti 2'-30" trop dur, dès que je cours j'ai des nausées et envie de vomir, je passe à 1'30-30" puis 1'30"-1'. ça devient de la marche co pour ceux qui connaissent. La digue, lolo une deuxième fois un peu de réconfort, puis le long faux plat jusqu'à Baratier quasiment marché jusqu'au bout. Ma copine la vierge est bien là et me le met bien profond :)))))
Il reste 7k, 5 en descente que je fais en courant en vomissant de a bile tous les 200m. Le dernier tour, l'arrivée 14H30, marathon en
4H40 , le temps n'a plus d'importance.

Direction la (perf)u où je retrouve Pat. On se parle pas beaucoup mais on se comprend.
Le speaker : "conditions apocalyptiques" au point où Iacono a failli annuler le départ. bon ceci dit le merdier c'était pour tout le monde.
6 embrun, 4 finis le meilleur en 13H20, le pire en.....14H30.

Malgré tout super épreuve mais infidélité l'année prochaine à Roth avant peut être de retourner à Lanza en 2010.
>
Bravo à serge,stéphane et pat qui avec des fortunes diverses n'ont pas démérité et sur cette épreuve que l'on ne peut pas maitriser, le mental et le physique ne suffisent pas toujours..
>
Bravo à mes cops, gégé rookie finisher en 15H39 et ouam en 16H53
Une épreuve d'hommes...récupération à la kenyanne à VDR

Posté par gillesicard à 17:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire